Page d'archive 4

En direct de Morzine

Non, que l’on se rassure ! Si la neige est tombée en abondance sur le Tréport ces dernières semaines, la station balnéaire n’a pas troqué son label contre celui, même prestigieux, de la célèbre cité montagnarde.

Ce petit rappel aux sports d’hiver est plus dû à l’avancement des travaux à l’étage. Après la pose des lambris dans ce qui sera bientôt le bureau de Catherine (on remarquera au passage la maîtrise dans le contournement du hublot…), est venu le temps de la mise en oeuvre du plancher.

Pour les puristes, nous avons opté pour un parquet en pin massif de 22 mm renforcé de 4 couches de vernis avec pose clouée par le biais de clous tête homme de 50 mm pointés dans la rainure au niveau des lambourdes.

Maintenant, même de l’intérieur, impossible d’oublier que nous sommes dans une maison en bois !

poseparquet002.jpg Manque plus que la tartiflette et les marmottes dans le jardin

Un p’tit tour à l’étage

Lecteur assidu de ce blog, (ce dont nous te remercions), tu auras sans doute remarqué que la mise en oeuvre du bassin avait été victime d’un brutal coup d’arrêt… Si tu regardes aussi fidèlement la météo, tu auras sans doute noté que le vent, la pluie, et très souvent les deux à la fois, sévissent sur nos rivages normands depuis plusieurs jours… Afin d’éviter un fatal refroidissement, un repli stratégique s’est donc imposé et rien de tel qu’une pose de lambris à l’étage pour se réchauffer.

Néophytes en la matière, c’est par le bureau de Catherine que nous avons décidé d’effectuer nos premiers pas. Pour donner du volume à l’espace pourtant déjà bien grand, nous avons opté pour une pose clipsée à l’horizontale. En lames de  10,50 cm de large, ce pin du Nord est du plus bel effet même si dans le bureau il sera très probablement peint dans un style gustavien. Dans ce qui sera la chambre par la suite, nous le laisserons vivre sa vie, histoire de voir jusqu’où il compte foncer, quitte à le peindre à son tour si cela fait un peu trop « boîte ».

Le but est avant tout de donner un petit « cachet bois » à cette maison dont l’ossature est de la même essence.

lambris004.jpg Jusqu’ici, ça va… gare aux découpes du hublot

PS : Merci à William pour ses précieux conseils et pour le prêt de son non moins précieux niveau laser. Que du bonheur !

Le paradoxe du caillou

Hier, le moindre gravier était déclaré persona non grata dans et autour du bassin, ceci afin d’éviter toute agression de la bâche. Aujourd’hui, après avoir donné sa forme quasi-définitive à notre mini-mare et après avoir trouvé une bâche, nous sommes en quête de roches. Leur rôle sera de bien maintenir la bâche tout en la dissimulant autour du bassin mais aussi, et surtout, de rendre l’ensemble agréable à l’oeil.

Nous tenterons d’éviter les pierres reconstituées qui risquent de « sonner faux » pour privilégier des pierres « essence locale » sans tomber dans le « total look » bord de mer avec des galets… quoique, finalement c’est peut être le plus cohérent. 

Pour les personnes intéressées par la réalisation d’un bassin, je vous recommande cet ouvrage : « Le bassin de jardin » de Peter Hagen aux Editions Ulmer. 180 pages de conseils et d’illustrations. 12,80 €uros.

bergesbassin.jpg Une vue plongeante s’imposait

Une petite page de pub

Ce n’est pas le genre de la maison de faire dans la flagornerie, le cirage de pompe mais là, chapeau miss Betty !

Flash back : Désespéré devant un sweat que j’adore mais qui a déjà trop vécu, je n’envisage pas de m’en séparer car la broderie à la gloire du Tournoi des VI Nations qui orne le dos est vraiment de toute beauté… Et là, l’idée me vient de la recycler en la transférant sur mon blouson de moto qui, tout de noir et gris constitué, fait un peu tristounet. Mais si l’idée n’est pas mauvaise, il faut alors envisager la réalisation et là, l’ampleur de la tâche est telle que je ne peux que me retourner vers une professionnelle. Bien m’en a pris car dorénavant je sais qu’à chaque fois que j’enfilerai ce blouson, je louerai le jour où j’ai pris cette décision. Certes, Betty est ma belle-soeur mais pour le coup, c’est avant tout une couturière qui assure !

Alors oui, cela vaut bien une page de pub pour l’atelier de Betty Couture à Beauchamps (80).

Merci encore miss.

rugby001.jpg Essai transformé !

Sus à la caillasse !

Les grandes manoeuvres ont enfin débuté avec le dépierrage du bassin. Une étape de la plus haute importance car le moindre silex saillant (et ce n’est pas ce qui manque  !) pourrait réduire à néant des heures de boulot et surtout mettre en péril la vie des futurs locataires de ces lieux…

Cette étape franchie, il convenait de mesurer l’excavation afin de  déterminer la quantité de bâche nécessaire à la réalisation de ce bassin. Alors non, même si la photo est trompeuse,  je ne révise pas mes fondamentaux de véliplanchiste mais il est vrai   que le style mériterait  d’être donné en exemple dans les différents clubs de voile… Si, si !

A présent c’est plutôt le surf qui va nous occuper afin de trouver un site marchand proposant une bâche de qualité au meilleur prix. Si vous avez des tuyaux, n’hésitez pas, nous sommes preneurs !

bassinphase1003.jpg  Le planter du bâton M. Dusse, le planter du bâton !

 

 

Top confort !

Alors que la météo annonce plutôt la mise en berne de notre esprit « rider », cela ne nous a pas empêché de cavaler de bon matin aux célèbres puces moto d’Elbeuf organisées par le club des Vikings… en voiture il est vrai !

Le but avoué était de dégoter un selle confort pour la Deauville. Une selle qui éviterait à mon attitrée passagère de glisser au moindre coup de frein tout en prenant soin de nos séants respectifs.

Apparemment nous avons trouvé notre bonheur même s’il faudra attendre des jours meilleurs pour tester cette nouvelle acquisition.

selleconfort001.jpg Comme dans un fauteuil !

A table… ou à l’hosto !

De grosses pluies, quelques rayons de soleil et voilà que de nouveaux venus viennent coloniser les massifs du jardin. Avant de se lancer dans la réalisation d’une omellette qui renverrait la mère Poulard au rang de Maïté du Couesnon, nous faisons appel aux plus éminents mycologues qui seraient amenés à consulter ce blog.

Est-il risqué, dangereux voire mortel de passer à la poële ces drôles de champignons ?

champignons.jpg Pas très appétissants…

PS : Merci de ne pas tarder à répondre, nous comptons inviter tout le quartier !!!

Un coup de bull… en attendant les bulles

Cela faisait un moment que nous y pensions, nous ne comptons pas les pages de blogueurs « bassinophiles » que nous avons pu consulter sur la toile et cette fois-ci le projet semble bien engagé… De toute façon il est tellement bien engagé que nous allons devoir le mener à bien. C’est décidé, avant d’avoir vue sur la mer (et c’est tant mieux pour les jours d’épais brouillard), nous aurons bientôt vue sur un bassin à poissons… rouges, of course ! Pour cela, une fois encore, nous avons pu compter sur la dextérité de Didier au volant de sa pelle magique, aidé pour l’occasion de Frédéric chargé du déblaiement. L’excavation est d’importance mais il n’en fallait pas moins pour espérer maintenir en vie nos futurs protégés durant les mois d’hiver les plus rigoureux.

C’est donc aujourd’hui que débute un nouveau feuilleton, « La saga des poissons rouges ». A côté, « Les dents de la mer » c’est une bluette !

img10381.jpg

Une cascade de saveurs

On a fait tout un plat des jardins suspendus de Babylone, soi-disant que c’était l’une des 7 merveilles du monde, tatati, tatata… Bah y’a qu’à venir faire un tour au Tréport et du jardin suspendu c’est pas ce qui manque. Avec l’aide de deux caillebotis (0,75 € pièce), d’un peu de peinture « rouge mystérieux » (si, si c’est son nom), de 5 cache-pots et de plantes aromatiques de type ciboulette, thym, persil plat… l’effet est bluffant. En outre, ce tableau végétal a un autre intérêt, et non le moindre : il permet de camoufler un mur pas forcément très réussi. Il n’y a plus qu’à trouver de bonnes recettes pour joindre l’utile a l’agréable.

jardinsuspendu006.jpg Du producteur au consommateur

En toute discrétion

 Il était prévu de longue date de procéder à la mise en conformité de la Maison Rouge, livrée avec des appuis de fenêtres et des entourages de portes en pré-peint blanc. Une conformité vis à vis du verdict de l’architecte des Bâtiments de France qui ne voulait pas entendre parler de blanc. C’est donc en beige RAL 1015 que nous recouvrons les boiseries, exactement le même coloris que les huisseries extérieures en aluminium. Le contraste est beaucoup moins frappant, plus discret qu’avec le blanc et cela donne un peu plus de douceur à l’ensemble, cela repose l’oeil. Mais ce n’est évidemment qu’une perception toute personnelle. En tout état de cause, cela protègera l’ensemble car, et c’est une bonne nouvelle, si elle n’est pas donnée, la peinture semble être d’une excellente qualité.

img0555.jpg 

Et c’est parti pour une rumba du pinceau. Que l’on ne se fie pas qu’aux apparences, je ne suis pas le seul à officier…

123456...10

Auteur:

catsylv

octobre 2018
L Ma Me J V S D
« août    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

momo43 |
Une maison dans le tarn |
Mont-Banine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Notre construction
| mes p'tits bidules
| willowboisflottes