Archives pour la catégorie Moto

Un nouveau regard

Un petit mot en passant pour faire état d’une trouvaille qui, si elle ne changera pas la face du monde, transfigure radicalement ma belle Anglaise.

Sur le site British Legends, j’ai trouvé ces clignotants fumés qui remplacent avantageusement les indicateurs de direction d’origine dont le coloris agressif ne correspondait pas au doux caractère de ma Triumph. Livrés avec des ampoules de couleur orange, ces cabochons sont du plus bel effet, celui de la discrétion.

 

Tout en discrétion

Tout en discrétion

A nous la p’tite anglaise

Après 5 années de bons et loyaux services, j’ai décidé récemment de me séparer de ma Deauville en succombant aux charmes d’une petite jeunette venue d’outre-Manche qui répond au « doux » nom de Speedmaster. Issue de la célèbre Bonneville dont elle a conservé nombre de traits de caractère, cette Triumph de 2009 n’affichant que 10.000 kms au compteur se classe dans la catégorie custom et non plus dans celle des Café racers dans laquelle évolue sa cousine. La position de conduite est à 100.000 mille lieues de celle imposée par la Deauville. Les jambes bien en avant, la hauteur de selle bien en deçà, c’est dans un salon roulant que l’on emmène ce moteur agréable de 865 cm3 développant 70 cv sur les routes départementales, là où il excelle vraiment. La vitesse n’est pas le but ultime lorsque l’on chevauche ce type de machine. Là, on prend le temps de savourer le paysage et de manger, au passage, les moucherons au vol suicidaire. Eh oui, terminée la bulle protectrice ; c’est le vent dans la visière qui tente de faire diversion face au feulement des échappemements à peine « opérés » pour obtenir un son digne de leur image.

Fontaine je ne boirai pas de ton eau… combien de fois me suis-je dit que jamais oh grand jamais je ne m’installerai au guidon d’un custom ! Triple buse !!! Que n’ai-je essayé plus tôt ce type de conduite. En à peine un mois j’ai totalement oublié ma nippone sur laquelle, je ne sais pourquoi, je me sentais de moins en moins à l’aise. Avec un centre de gravité plus bas, le Speedmaster me rassure et surtout rejoint tout à fait ma philosophie de la moto : apprécier le paysage en partageant la route avec tous ces pratiquants pour peu qu’il y ait un réel respect mutuel.

La belle Anglaise

La belle Anglaise

 

ça sent le printemps !

Oui, ça sent le printemps et la moto, bien qu’elle ait connu quelques petites sorties hivernales, piaffe d’impatience dans le garage. Pour la faire patienter, rien de tel que de lui offrir  une petite séance de remise en forme. Avec une grille trouvée sur le site de Krax Moto et un pistolet à colle, les écopes de refroidissement ont été relookées de façon un peu plus moderne.

Si on ajoute à cela un bon petit coup de polish, un rafaîchissement de la béquille centrale on sent que la bête est prête à rugir de plaisir…

Manque plus que le soleil !

grillecopes004.jpg Un petit côté dragster…

 

 

Une petite page de pub

Ce n’est pas le genre de la maison de faire dans la flagornerie, le cirage de pompe mais là, chapeau miss Betty !

Flash back : Désespéré devant un sweat que j’adore mais qui a déjà trop vécu, je n’envisage pas de m’en séparer car la broderie à la gloire du Tournoi des VI Nations qui orne le dos est vraiment de toute beauté… Et là, l’idée me vient de la recycler en la transférant sur mon blouson de moto qui, tout de noir et gris constitué, fait un peu tristounet. Mais si l’idée n’est pas mauvaise, il faut alors envisager la réalisation et là, l’ampleur de la tâche est telle que je ne peux que me retourner vers une professionnelle. Bien m’en a pris car dorénavant je sais qu’à chaque fois que j’enfilerai ce blouson, je louerai le jour où j’ai pris cette décision. Certes, Betty est ma belle-soeur mais pour le coup, c’est avant tout une couturière qui assure !

Alors oui, cela vaut bien une page de pub pour l’atelier de Betty Couture à Beauchamps (80).

Merci encore miss.

rugby001.jpg Essai transformé !

Top confort !

Alors que la météo annonce plutôt la mise en berne de notre esprit « rider », cela ne nous a pas empêché de cavaler de bon matin aux célèbres puces moto d’Elbeuf organisées par le club des Vikings… en voiture il est vrai !

Le but avoué était de dégoter un selle confort pour la Deauville. Une selle qui éviterait à mon attitrée passagère de glisser au moindre coup de frein tout en prenant soin de nos séants respectifs.

Apparemment nous avons trouvé notre bonheur même s’il faudra attendre des jours meilleurs pour tester cette nouvelle acquisition.

selleconfort001.jpg Comme dans un fauteuil !

Deauville en vue au Tréport

En toute logique, le changement de moto aurait dû intervenir l’été prochain et nous avions déjà jeté notre dévolu sur une BMW de type 850 voire 1150 RT, histoire de disposer d’un peu plus de pêche mais aussi et surtout de confort amélioré… C’était sans compter sur un coup de fil d’Agnès qui m’indiquait vouloir se séparer de sa Honda 650 Deauville de 1998 certes, mais ne totalisant que 36.000 km, montée de deux pneus neufs, fraîchement sortie de révision et arborant fièrement un bagster, un top case et, cerise sur le gâteau, un « motoradio » avec deux enceintes Pioneer. Une telle affaire ne pouvait se manquer et par la même occasion cela permettait de rester raisonnable financièrement parlant car, il faut tout de même en convenir, l’achat d’une BMW, son entretien, son assurance… ce n’est pas le même ronronnement feutré de moteur. Certes, nous n’y gagnons pas en puissance pure mais quel changement quant au confort à bord ! Cela tombe bien car nous nous considérons plus comme des marathoniens de la bécane que comme des sprinters. Pas facile de doubler ? Pas grave, on aura plus de temps pour profiter du paysage.

Allez, trêve de bavardages, il est temps que je vous présente  notre nouvelle monture. Voilà la belle (je parle de la moto, bien sûr!) :

img5717.jpg Quand Le Tréport accueille Deauville

Concentration moto de Charleval (27)

Nous partîmes 500 mais par un prompt renfort nous nous vîmes 3.000 (enfin presque) en arrivant… à Charleval. Pierre Corneille me pardonnera sûrement cet emprunt au Cid quelque peu cavalier pour tenter de donner une dimension de ce qui s’est déroulé, ce week-end, sur le stade de Charleval.

 Organisée par les Normandy Riders, la traditionnelle concentration moto a connu une fois encore un certain succès dans le monde des bikers. Chromes rutilants, casques étincelants et cuirs luisants, tout était au top pour donner à ce dimanche matin tout l’éclat que le soleil peinait à offrir. Point d’orgue de cette journée placée sous le haut patronage de la Déesse Harley-Davidson, la balade de soixante kilomètres via Fleury, Les Andelys, Muids, Radepont ou encore Romilly a tenu toutes ses promesses et nombreux étaient les riverains à avoir pris place sur le pas de leur porte pour dompter du regard cette horde de chevaux mécaniques pas si sauvages que cela…

img5649.jpg Tout est dans le détail (ici une aile de trike) img5645.jpg Les goûts et les couleurs, hein…

Pour ma première participation à ce type de manifestation je dois avouer avoir été parfois impressionné, souvent interloqué mais jamais indifférent face à ces motos ou ces trikes dont on sent qu’ils sont la raison de vivre de leurs propriétaires. Par contre, mais c’est la loi du genre, une telle concentration amène automatiquement à faire se cotoyer des caractères aux antipodes les uns des autres… Difficile de tenir à côté d’un pilote de 1200 Bandit ou de GSXR qui ne trouve son plaisir qu’en trouvant le point de rupture du moteur… et de celui de notre patience.

img5676.jpg L’une des vedettes incontestées de ce dimanche en vallée de l’Andelle

img5679.jpg Sur deux roues aussi elles imposent le respect !

Je m’étais promis d’y participer au moins une fois. Voilà, c’est fait…. Vivement dimanche prochain afin que ma brave Diversion retrouve, au calme, les routes du littoral normando-picard !

 

 

Oh la belle verte !

J’en ai rêvé, Speed Moto l’a fait ! Depuis mardi dernier je peux enfin sillonner les routes de la région, seul comme un grand, sans avoir besoin d’arborer l’adorable petit boléro jaune fluo floqué aux couleurs de la moto-école Denis.

Préparée avec soin par Thierry du garage Speed Moto à Blangy-sur-Bresle, ma nouvelle monture est une 600 Diversion verte année 2000 affichant 16.000 km. Pilotée auparavant par une demoiselle aujourd’hui passée au 650 Bandit, cette moto ne fait vraiment pas son âge.

Ajourd’hui jeudi 1er mai, Catherine a fait sa connaissance en effectuant quelques kilomètres sur la confortable selle, profitant de l’occasion pour étrenner son tout nouveau blouson de moto. Apparemment cela ne s’est pas trop mal déroulé… en tout cas je ne l’ai pas perdue en cours de route et cela est déjà un exploit en soi… Il est vrai qu’elle s’accroche bien !

moto001.jpg C’est parti pour une première virée dans les Trois-Villes-Soeurs

Roule ma poule !

« Allez, on roule, on roule ! ». Il est fou ce type, confortablement installé dans le 4X4 de mon moniteur qui me colle aux miches depuis le départ de l’aéroport de Boos. « IL » c’est l’examinateur du permis  qui est en train de me juger apte ou non à piloter une moto dès demain matin. Dans les environs de Franqueville-Saint-Pierre, mon compteur accuse déjà un 105 km/h compteur soit un réel de 95 au lieu des 90 autorisés. Pour l’examinateur ce n’est pas sufisant. Motard lui-même, il tient absolument à se rendre compte si le candidat est capable de tenir des vitesses que de toute façon il aura envie de titiller dès qu’il sera seul dans la pampa. Un raisonnement qui se tient.

On rentre dans un village, une zone 30 permet à mon ER6 de souffler un peu et à moi de reprendre une pointe d’assurance. Un feu de chantier s’annonce en clignotant comme un pervers, d’ailleurs, à peine suis-je à sa hauteur qui me met son oeil rouge en plein dans la tronche. Coup de frein et hop, un petit travers de la roue arrière « Attention au dérapage !  » me distile l’oreillette qui me relie au fonctionnaire du Ministère des Transports. Ma colonne vertébrale est prise d’un frisson qui se propage au biplace. « pourvu que cette semi-glissade ne me soit pas fatale ».

Allez encore deux ronds-points avec un torticolis assuré à chacun d’eux afin de bien montrer que je veille à la vision périphérique et c’est l’atterrissage sur les anciennes pistes de Boos. Je rejoins le 4X4 et là je vois le stylo qui dessine une joli boucle autour du plus beau mot de la langue française en cette journée d’avril : FAVORABLE.

Après 9 mois de doute, de découragement le but final est enfin atteint. Mardi prochain je file récupérer ma 600 Diversion pour ce que j’espère être une grande et longue complicité.

permis.jpg Le précieux sésame est enfin dans la poche

Sur deux roues (ou presque)

Bienvenue dans cette nouvelle rubrique qui a été sur le point de ne jamais voir le jour tant je me demandais si j’allais enfin réussir à franchir les étapes du permis moto.
Après avoir conduit une 125 SR Yamaha pendant deux ans et en avoir soupé de me faire « enrhumer » par les camions sur la ligne droite entre Criel et Le Tréport, je décidais de passer le permis A qui me permettrait de chevaucher un fringant destrier. Nul doute que ce ne serait qu’une formalité. Ben voyons, mon colon !
Avant tout, il fallait reprendre le code Rousseau et en faire mon nouveau livre de chevet car mon permis voiture datant de 1984 (eh oui ! ça donne un joli coup de vieux), l’administration émettait de sérieux doutes quant à  mes facultés à  reconnaître les différents panneaux et à me remémorer les règles du « bien rouler » en société. Bien lui en a pris car, même si je repartais au volant de mon Opel Combo après chaque leçon, ce n’est pas du jour au lendemain que je suis descendu sous le seuil fatidique des 5 fautes… sous le regard amusé, voire hilare, des d’jeuns à casquette Lacoste.
Pour un coup d’essai ce fut un coup de maître avec le code décroché du premier coup, 24 ans après l’original. Un drôle de cure de Jouvence, j’en souris encore (!). J’avais plutôt intérêt à profiter de cette occasion de  frimer car cela n’allait pas durer….
Très vite, j’ai compris que la moto est moi, cela n’allait pas être une liaison de tout repos. Une nouvelle version de « Je t’aime moi non plus ». Que de périodes de découragement et d’incompréhension réciproque (surtout pour elle) car si sur le parcours lent, tout est allé finalement très vite ; sur le parcours dit à allure normale (mais qu’est-ce que ça va vite !) on s’est bien traînés, ma p’tite Kawa et moi. Evitement, rétrogradage, arrêt d’urgence et ce p… de demi tour en bout de slalom qui ne voulait pas passer. Allez, après plus de 20 heures de cours il fallait bien se résoudre à  se présenter à  l’exam. La cata ! Dans des conditions optimales avec rétrogradage dans un maxi de 23,5 secondes, je suis incapable de finaliser. Je balance le casque dans l’herbe haute de l’aéroport de Boos et je me vois déjà  sillonner les Trois-Villes-Soeurs au guidon d’un gentillet scooter. Le fringant destrier à loupé la dernièrre haie et traîne légèrement la patte.
Catherine me regonfle le moral et me laisse le temps de digérer, les collègues me boostent et finalement je retourne prendre quelques cours. Je me donne une ultime chance. J’ai bien fait car sous une pluie battante, le 11 mars dernier, j’ai cru que c’était un clône qui avait pris place sur la selle de la Kawa. Nickel à l’oral, à  la poussette, re-nickel au parcours lent et silver-platine au rétrogradage. Je n’y crois toujours pas.
Mais ne nous enflammons pas, il reste encore l’épreuve en circulation qui, logiquement devrait intervenir au mois d’avril… En espérant que cela ne finisse pas en queue de …. Quoi ? C’est trop facile ? On fait le délicat. Après avoir goûté au champagne on ne veut plus retourner à la limonade ? Mais c’est quand même moi qui écris, non ?!?
thyam600divsgzst.jpg
Si tout se passe bien, c’est sur ce modèle que je compte poser un jour, mon séant. Une modeste Yamaha 600 Diversion bien suffisante pour la vision que j’ai de la moto.


Auteur:

catsylv

octobre 2018
L Ma Me J V S D
« août    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

momo43 |
Une maison dans le tarn |
Mont-Banine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Notre construction
| mes p'tits bidules
| willowboisflottes