Archives pour la catégorie Le jardin

Artichaut ans Co

Doigts de sorcière

Doigts de sorcière

L'artichaut fait son show (oui je sais, elle est facile...)

L’artichaut fait son show (oui je sais, elle est facile…)

Outre le fait d’être un vrai plat de pauvre car, comme disait Coluche : « t’en as plus dans ton assiette quand tu as fini de manger que quand t’as commencé ! » l’artichaut sait être aussi très décoratif quand on lui en laisse le temps. Planté il y a deux ans auprès du bassin, ce pied a donné trois têtes  cette saison dont deux qui sont en train d’exploser et qui font la joie des bourdons butineurs.

Un peu plus loin, les « Doigts de Sorcière » venus tout droit de Roscoff semble s’acclimater sans problème au climat normand… Cet hiver il conviendra sans doute de les dorloter…

Le jardin prend des couleurs…contraint et forcé

Certes, l’hiver n’a pas été des plus rigoureux. Certes, le printemps est plus que précoce mais il n’empêche que les couleurs tardent à venir illuminer le jardin. D’un autre côté, si on veut être honnête jusqu’au bout, avec les rafales de vent qui sévissent sur les hauteurs du Tréport et les embruns qui déboulent sans prévenir pour griller à peu près tout ce qui ressemble à une plante ou fleur plus ou moins fragile, pas facile d’apporter de la couleur dans le jardin… J’ai donc pris le taureau par les cornes en relookant des piquets de bois traités autaclave. Un peu de rebouche bois, de l’huile de coude pour le ponçage, de la patience et de la délicatesse (si si je peux !) pour la peinture et ces bouts de bois qui auraient dû se tranformer en tuteurs deviennent de fiers et grands crayons  aux couleurs pétantes. On aime ou on aime pas, mais l’effet ne laisse pas inidfférent. Pour preuve, même les poissons sont sortis de leur léthargie pour découvrir leur nouvel environnement. Quant à la chatte des voisns, la curieuse, Chuppa, elle n’arrête pas de humer chacun de ces drôles de trucs….

Un coup de ponçage

Un coup de ponçage

 

 

 

Ils ont bonne mine

Ils ont bonne mine

 

Plus flashy tu meurs !

Plus flashy tu meurs !

 

 

Et voilà le travail !

Et voilà le travail !

Course contre la montre

Un massif beaucoup trop grand, des séances de désherbage à rallonge puisque nous réduisons au maximum  l’utilisation de produits chimiques, il était temps de prendre la plus sage des décisions : agrandir la pelouse à droite de l’entrée et donner ainsi une nouvelle perspective au terrain tout entier. Pour adoucir le tout, nous avons opté pour une délimitation en forme de vague qui devrait être matérialisée dans un avenir proche par des pavés 12X12 cm de couleur beige. En attendant, les graines sont sous haute surveillance et le jet est prêt à entrer en action si le soleil s’est montré un peu trop « méchant » durant la journée.

Au bout d’une semaine il est rassurant de voir comment se forme un discret voile vert sur cette terre bien damée au rouleau. A présent c’est une course contre la montre qui s’engage : le gazon doit très vite se développer afin que ses racines viennent à bout des mauvaises herbes qui pullulaient jusqu’àlors,  et notamment la prêle dont les rhizomes peuvent très souvent mesurer plus d’un mètre de long.

Epreuve pratique du permis rouleau

Epreuve pratique du « permis rouleau »

La métamorphose de Raymonde

Vous vous souvenez sans doute de Raymonde, cette rhubarbe originaire de Criel-sur-Mer, mise en nourrice à Beauchamps et qui, toute frétillante de la feuille, avait retrouvé ses protecteurs que nous sommes sur les hauteurs du Tréport…. Bon an, mal an, la brave Raymonde s’est acclimatée  pour donner quelques brins qui, hier soir ont connu un sort très enviable : un bain de sucre suivi d’une séance de sauna.

Tout d’abord, coupez vos brins de rhubarbe en petits cubes, et laissez-les macérer pendant le reste de la préparation dans du sucre.

Prenez  une belle pâte feuilletée (ou sablée selon les goûts), 2 cuillers à soupe de crème épaisse, une cuiller à café de Maïzena, un peu de lait, 125 g de sucre 2 oeufs entiers + 1 blanc d’oeuf.

Mélangez tous vos ingrédiens dans saladier, étalez votre pâte dans un moule préalablement chemisé puis disposez vos morceaux de rhubarbe bien égouttés sur cette dernière et enfin, arrosez le tout de votre appareil. Avec le jaune d’oeuf restant, badigeonnez les rebords de la pâte.

Dans un four que vous aurez laissé préchauffer, vous cuirez votre tarte pendant 30 minutes à 225°

NB : N’oubliez pas de piquer votre pâte afin d’éviter qu’elle ne monte lors de la cuisson.

Et voilà le travail : la brave Raymonde a bien rempli son office, celui de nous régaler les papilles.

tarte.jpg A table !

Vaillant, pigeon… en permission

Attiré par l’eau du bassin, un pigeon voyageur dûment bagué a fait une halte dans notre jardin afin de trouver un peu de réconfort. Certainement fatigué et affamé, le sympathique volatile s’est jeté sur les boules de graisse (réduites en miettes) en principe dévolues aux mésanges en période hivernale se laissant approcher sans pour autant accepter, pour le moment, un contact direct.

S’il veut s’installer à demeure, le pigeon sera le bienvenu mais il y a fort à parier qu’une fois qu’il aura recouvré des forces et le sens de l’orientation, le voyageur reprendra son périple afin de retrouver son casernement et ses compagons d’escadrille.

A suivre…

pigeonvoyageur024.jpg Tentative de dialogue…

Versailles-sur-Mer

Avec le printemps, retour aux activités extérieures et presque deux ans après la découverte d’une pièce allemande de 1924 dans le jardin (lire par ailleurs), c’est une pièce datant des années 1650 qui a été mise à jour en préparant le terrain pour l’arrivée du bois de chauffage.

Il s’agit d’un Liard de France à l’éffigie de Louis IX.

On se calme, la fortune n’est pas au bout du rateau pour autant car ce vestige du passé ne vaut, en moyenne, qu’une dizaine d’euros suivant son état…

En attendant le verdict, la petite poussée d’adrénaline était bien là et c’était à se demander s’il ne serait pas judicieux de se doter d’une « poêle à frire » pour passer le terrain au peigne fin. On ne sait jamais !

liard002.jpg  Le Roi-Soleil retrouve la lumière    liard001.jpg

A table… ou à l’hosto !

De grosses pluies, quelques rayons de soleil et voilà que de nouveaux venus viennent coloniser les massifs du jardin. Avant de se lancer dans la réalisation d’une omellette qui renverrait la mère Poulard au rang de Maïté du Couesnon, nous faisons appel aux plus éminents mycologues qui seraient amenés à consulter ce blog.

Est-il risqué, dangereux voire mortel de passer à la poële ces drôles de champignons ?

champignons.jpg Pas très appétissants…

PS : Merci de ne pas tarder à répondre, nous comptons inviter tout le quartier !!!

Des nouvelles de Raymonde

Bah oui, aujourd’hui 16 août nous venons de signer l’acte de baptême de Raymonde la Rhubarbe des Hauteurs du Tréport, plante de haute lignée et à grandes feuilles s’il vous plaît. Toujours grâce à l’arrosoir qui lui est dévolu chaque jour sans pluie, il est possible de constater à quel point elle s’épanouit depuis son transfert depuis les terres picardes. Pourvu que ça dure ! Banzaï !

raymonde001.jpg

A noter que Raymonde s’est fait de nouveaux amis en la personne de Gérard le Groseiller et François le Framboisier. Des fruitiers qui viennent d’être plantés et dont l’acclimatation semble bien engagée… A suivre…

Toujours dans la rubrique « Nouveaux venus », voici le petit dernier : un Eonymus Europeanus connu sous le joli nom de Red Cascade. En ce lendemain de 15-Août, fête Mariale, nous ne pouvions résister au plaisir de le présenter, lui et ses splendides fruits en forme de calottes de cardinal. Ce sera notre unique contribution au denier du culte. Qu’on se le dise !

raymonde003.jpg               raymonde002.jpg

Rhubarbe migratrice

Surprenante par sa prolifération lorsque nous habitions à Criel, la rhubarbe donne encore aujourd’hui des signes étonnants de vitalité dans une terre qui paraît pourtant bien moins hospitalière… Que de péripéties pourtant depuis Criel : un coup de bêche pour scinder le pied en deux, quelques jours de nourrice dans un seau de 10 litres avant de prendre la route de Beauchamps et connaître la rigueur du climat picard sous l’oeil attentif de Betty et Bruno, sa nouvelle famille d’accueil. Après une période d’acclimatation passée haut la feuille, il était temps de prélever un rejet et rendre à César ce qui appartenait à César…En réussissant ce bouturage hautement technique, Bruno a pu constater une énième fois la rage de vivre de cette plante qui est déjà à l’origine de nombreux pots de confitures et de tartes. Aujourd’hui, de retour en Normandie, sur les terres tréportaises, la rhubarbe donne des signes encourageants de reprise. L’arrosoir servant de mètre étalon, nous pourrons mesurer très rapidement ses progrès.

Encore merci au beauf et à la belle-soeur pour avoir veillé de la sorte sur Mémère la Rhubarbe.

rhubarbe002.jpg De la confiture en devenirrhubarbe003.jpg Rendez-vous dans 1 mois…

Au ras des pâquerettes

Non, j’espère que ce n’est pas le niveau de ce blog mais bel et bien la hauteur imposée pour la réalisation des massifs situés à l’aplomb de la maison. Clin en bois oblige, il convient d’éviter au maximum que la végétation ne vienne titiller ce matériau beaucoup plus sensible que le béton. Que des fleurs le chatouillent pendant la belle saison, passe encore, mais que des feuilles lui imposent une humidité permanente à l’automne ou en hiver, et c’est la cata. assurée.

img2035.jpg Lenôtre n’a qu’à bien se tenir !

Sous un soleil bienveillant nous avons donc apporté une petite touche esthétique à la façade en restant dans une dominante de rouge et de blanc…. Tant pis pour le 14 juillet mais le bleu est bel et bien proscrit de ce jardin exception faite d’un ceanothe dans le massif principal…

Le tout a été mis en valeur par des coques de cacao dont nous ne connaissons pas vraiment les caractéristiques mais qui financièrement sont plus intéressantes que des écorces de pins pour un aspect nettement moins grossier… Affaire à suivre dans le temps notamment pour juger de la capacité de ce paillis à empêcher la pousse des mauvaises herbes et à conserver une relative humidité au sol. 

 

12

Auteur:

catsylv

octobre 2018
L Ma Me J V S D
« août    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

momo43 |
Une maison dans le tarn |
Mont-Banine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Notre construction
| mes p'tits bidules
| willowboisflottes