Archives pour la catégorie La maison rouge

La revanche du Breton

On connaissait le Breton pour son côté entêté… on ne connaissait certainement pas son côté revanchard. N’ayant pas encore digéré le fait de s’être fait subtiliser le Mont Saint-Michel par ces félons de Normands, une escouade du Front de Libération de la Bretagne n’a pas hésité à monter à l’assaut de notre Balcon sur la Mer pour y planter, tel le drapeau rouge sur la coupole du Reichstag le 2 mai 1945, sa bannière noire et blanche frappée des onze mouchetures d’hermine… Du fin fond de la Normandie, à la lisière de la Picardie, la Bretagne dispose aujourd’hui d’un bastion inexpugnable… ou presque (!).

 

                                                                           drapeaubreton004.jpg

 

Plus sérieusement et de toute façon beaucoup moins chevalresque, il s’agit plutôt de saluer une région que nous adorons visiter en accrochant à ce mât improvisé cet étendard acquis lors d’une escapade à Perros-Guirec.

Kenavo !

En toute discrétion

 Il était prévu de longue date de procéder à la mise en conformité de la Maison Rouge, livrée avec des appuis de fenêtres et des entourages de portes en pré-peint blanc. Une conformité vis à vis du verdict de l’architecte des Bâtiments de France qui ne voulait pas entendre parler de blanc. C’est donc en beige RAL 1015 que nous recouvrons les boiseries, exactement le même coloris que les huisseries extérieures en aluminium. Le contraste est beaucoup moins frappant, plus discret qu’avec le blanc et cela donne un peu plus de douceur à l’ensemble, cela repose l’oeil. Mais ce n’est évidemment qu’une perception toute personnelle. En tout état de cause, cela protègera l’ensemble car, et c’est une bonne nouvelle, si elle n’est pas donnée, la peinture semble être d’une excellente qualité.

img0555.jpg 

Et c’est parti pour une rumba du pinceau. Que l’on ne se fie pas qu’aux apparences, je ne suis pas le seul à officier…

V’la qui neige !

Il neige ! Vous me direz qu’il n’y a rien d’exceptionnel à cela sauf que ce n’est pas tous les jours que les flocons s’aventurent en bord de mer. Pour le coup, cela méritait bien un cliché histoire d’immortaliser l’instant. Au passage on remarquera le choix judicieux de la couleur de la maison.  Y’a pas à dire, le rouge « sang de boeuf » est du meilleur effet sur un fond immaculé et pour retrouver son home sweet home, c’est quand même plus aisé lorsque tout se confond dans le paysage.

 neigefvrier2009001.jpg Encore quelques heures et on chausse les raquettes

Encore plus beau vu d’en haut !

Grâce à l’amabilité et à la dextérité aux commandes de Patrice Veneau, pilote privé  et cinéaste tréportais, Catherine a pu aller tutoyer les nuages. Entre deux conversations avec messieurs Cumulus et Stratus, sans oublier leur petit Nimbus, elle a dégainé le Canon pour réaliser des prises de vues aériennes du lotissement.

Pas besoin de légender pour retrouver notre maison, c’est celle qui est placée à côté de la petite voiture bleue.

 C’est quand même beau, vu d’en haut ! Veinarde !

vuduciel.jpg

Le début de la fortune !

Ouf, ça y est, nous avons enfin trouvé de la terre végétale afin de recouvrir ce sol désolant qui fait aujourd’hui notre décor au quotidien. Avant d’étaler cette belle terre agricole et même si nous envisageons d’installer un géotextile , il nous semblait préférable d’éliminer le plus possible de silex…. et ce n’est pas une denrée rare sur les hauteurs du Tréport…

L’échine courbée j’entends du fond de ce qui sera bientôt un jardin, Catherine qui m’interpelle en levant le bras bien haut. En arrachant quelques mauvaise herbes elle est tombée sur une pièce de monnaie encore bien conservée pour son âge puisque sa date de naissance est encore bien visible : 1924 !

Il s’agit d’une pièce allemande de 10 rentenpfennig frappée à Hambourg comme l’indique la lettre J figurant sur la face.

Quand je pense que chez nos voisins d’à côté on collectionne les munitions , j’ai peine à croire que nous soyons tombés sur un trésor… de guerre. De toute façon il faudra bien reprendre l’épierrage et pourquoi pas trouver les petites soeurs de cette pièce allemande. Actuellement elle se négocie autour de 1 euro sur Ebay…. C’est dire s’il va falloir creuser un moment avant de payer la maison…

piceallemande001.jpg       piceallemande002.jpg 75 ans séparent ces deux pièces…

On évacue !

Depuis le temps que nous l ‘attendions, la noue a enfin fait son apparition. Une noue c’est ce léger dénivelé en bout de parcelle qui est chargé de collecter les eaux de pluie avant de les diriger vers un avaloir qui, à son tour, va les prendre en charge afin de les envoyer vers un mini bassin de rétention dont la conception prévoit que lesdites eaux de pluies aillent rejoindre le réseau pluvial le plus tard possible. Honnêtement je ne suis guère convaincu de l’efficacité du concept d’autant que nous sommes situé sur un terrain hyper argileux et qu’avant que l’eau ne parviennent à pénétrer au plus profond, cette dernière aura eu le temps de dévaler la pente et inonder les parcelles situées en contre-bas le jour où un orage hors norme éclatera.

De plus, le « bassin de rétention » situé au centre du lotissement semble mettre beaucoup de temps à s’assécher et pourrait représenter un danger lorsque des enfants viendront habiter à proximité. Sans parler des nuissances liées aux odeurs dues à l’eau croupie et à son corollaire que sont les moustiques et autres bestioles qui raffolent de chair fraîche. Va falloir revoir le budget Apaisyl et Baygon !

noueagila001.jpg Je n’ai pas terminé de jouer de la pioche       noueagila002.jpg  Voilà la noue

Vive le progrès !

Juste un petit mot pour crier mon indignation face à la pesanteur des rouages techniques, privés ou publics, là n’est pas vraiment le problème. Presqu’un mois après notre emménagement, toujours pas de ligne téléphonique et donc de possibilité d’utiliser Internet. Ce blog pâti bien sûr de cet état de fait mais je ne peux tout de même pas squatter le bureau de Catherine tous les jours.

Rendez-vous avait été pris avec un technicien de France Telecom demain vendredi mais au dernier moment, il a été annulé car, de toute évidence les travaux de branchement de ligne en amont sur le lotissement n’ont pas été réalisés… par un sous-traitant. Bref, c’est le bordel ! A présent on nous parle d’un délai d’un mois… en attendant ce sont les cartes prépayées pour le mobile qui défilent. Si au niveau technique ils ont un max de retard, en ce qui concerne le business, ils n’ont absolument rien à apprendre, ils sont tombés dedans quand ils étaient petits… Il paraît que nous essuyons les plâtres pour tous les futurs habitants du lotissement. Pour une fois que je suis premier quelque part, il faut que je le regrette !!!

Que de monde !

Aujourd’ui c’était le grand jour. Celui de l’opération porte-ouverte organisée conjointement avec Les Maisons de la Baie de Somme et le magasin Sésame pour promouvoir les cuisines Nobilia. Dès 14 heures, un peu comme chez Mickey à l’ouverture des grilles, les premiers candidats à la séquence émotion franchissent les portes du garage pour entrer dans le Fantasy Tour. Non, bien sûr, je déconne… Ce n’était tout de même pas la file d’attente de Space Mountain mais quand même, pas un instant de répit entre 14 et 18 heures. Certes, les curieux étaient plus nombreux que les acheteurs potentiels mais cela fait partie du jeu comme cet épisode  croquignolesque : la petite famille du bout de la rue qui vient voir de l’intérieur cette maison qu’ils ont vue se bâtir. Poussette en avant et yeux grands ouverts, petits et grands profitent du spectacle… « Allez petit, un bonbon pour la route » et hop c’est une poignée entière de sucreries qui disparaît au fond de la poche. « Bah je pensais pas que tu habitais si loin… » .

Du côté constructeur le bilan de cette première journée semble positif tout comme pour le cuisiniste que je suis qui a pu établir des contacts intéressants dans un  cadre différent de celui du magasin. Et le vendeur qui s’équipe de ses propres produits, cela rassure, non ?

Sur le plan humain, il faut avouer que c’est un peu déroutant de voir affluer des personnes inconnues dans votre salon, d’autant que certaines ne prennent même pas la peine de dire bonjour et encore moins au revoir. Allez, encore la journée de demain à passer et l’attraction ne sera désormais ouverte qu’aux membres de notre « club privé ». Non mais alors !

A manger par terre !

Alors qu’à l’extérieur cela ressemble encore beaucoup au Verdun de la « grande époque » (heureusement plus pour très longtemps), à l’intérieur, cela commence à prendre tournure. En diagonale, le carrelage qui nous a tout de suite tapé dans l’oeil chez Gédimat, rend vraiment très bien surtout posé avec talent par Alain. En toute logique, mercredi, les plinthes devraient être collées et les joints seront suffisamment secs pour que la peinture soit enfin achevée… alors que nous aurions préféré qu’elle le soit avant le carrelage. 

Après un cours express, Catherine et moi nous lancerons dans la pose du carrelage de la salle de bain. Afin d’éviter toute déconvenue, nous éviterons les diagonales mais aussi les longues fuyantes qui ne pardonnent pas lorsqu’elles ne sont pas hyper droites

Si Hervé, notre voisin  du blog http://notremaisonautreport.unblog.fr a pu jeter un coup d’oeil, pour les autres voici une vue du carrelage en cours de pose.

carrelage003.jpg

Au fond du trou !

La seule fenêtre de tir acceptable de la semaine, au niveau de la météo, devait être ce lundi de Pâques. Avec un après-midi couvert mais pas forcément pluvieux, je pouvais espérer préparer les tranchées qui vont accueillir les tuyaux de 100 pour les évacuations des eaux usées. Juste le temps de s’échauffer, d’inaugurer un très seyant bleu de travail et vlan, une averse de grêle et de neige mêlées. Repli stratégique dans l’encaissement de la porte d’entrée (vraiment une bonne idée ce « sas » de décompression météorologique).
Heureusement, le soleil a tout de même bien voulu se pointer, certes timidement mais suffisamment pour que je reprenne mon rateau de pélerin afin d’étaler le sable qui protègera les canalisations des silex dont la concentration sur ce terrain est digne d’une affluence au funiculaire un week-end de 15 août. Non, c’est à peine exagéré !
Un peu naze mais content du résultat, demain je vais pouvoir installer les-dits tuyaux PVC, les recouvir d’une nouvelle couche bien épaisse de sable et enfin demander à notre « tractopelliste » préféré de faire montre de son talent pour redonner un semblant de normalité à ce terrain pour le moment dévasté.

enfouissement005.jpg

12

Auteur:

catsylv

janvier 2018
L Ma Me J V S D
« août    
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031  

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

momo43 |
Une maison dans le tarn |
Mont-Banine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Notre construction
| mes p'tits bidules
| willowboisflottes