Bonne mine !

Certains esprits chagrins ne manqueront pas de gloser en affirmant que quand je tiens un filon, je l’expoite à fond….et ils n’auraient pas tort ! En fait, après avoir planté deux fiers et prometteurs Eléagnus dans le sens des vents dominants, il me fallait les tuteurer avant qu’ils ne jouent les Kon-Tiki de pacotille sur un bassin déchaîné, enfin presque.

Jardinier aussi émérite que tu es au même titre que lecteur assidu tu deviens, les tuteurs ont ceci de particulier que leurs pointes sont dirigées vers le sol… le coup des crayons de couleur était pour le moins éventé. Qu’à cela ne tienne : un peu de rose pour faire la gomme, du doré pour la bague en cuivre et, pour les plus lents du bulbe, une inscription HB ou 2B et les tuteurs-crayons-à-papier étaient nés.

Allez, c’est promis on s’arrêtera là pour l’instant. Quoique transformer les graminées en pinceaux pourrait être marrant… mais je ne suis pas certain  de faire l’unanimité à la maison. Et de toute façon je ne sais pas comment je pourrais symboliser Titi. Bah oui, je ne peux décemment pas séparer Titi et graminées. Elle est nulle ? Oui,oui, je sais mais je ne m’en lasse pas !

IMG_3862

Le jardin prend des couleurs…contraint et forcé

Certes, l’hiver n’a pas été des plus rigoureux. Certes, le printemps est plus que précoce mais il n’empêche que les couleurs tardent à venir illuminer le jardin. D’un autre côté, si on veut être honnête jusqu’au bout, avec les rafales de vent qui sévissent sur les hauteurs du Tréport et les embruns qui déboulent sans prévenir pour griller à peu près tout ce qui ressemble à une plante ou fleur plus ou moins fragile, pas facile d’apporter de la couleur dans le jardin… J’ai donc pris le taureau par les cornes en relookant des piquets de bois traités autaclave. Un peu de rebouche bois, de l’huile de coude pour le ponçage, de la patience et de la délicatesse (si si je peux !) pour la peinture et ces bouts de bois qui auraient dû se tranformer en tuteurs deviennent de fiers et grands crayons  aux couleurs pétantes. On aime ou on aime pas, mais l’effet ne laisse pas inidfférent. Pour preuve, même les poissons sont sortis de leur léthargie pour découvrir leur nouvel environnement. Quant à la chatte des voisns, la curieuse, Chuppa, elle n’arrête pas de humer chacun de ces drôles de trucs….

Un coup de ponçage

Un coup de ponçage

 

 

 

Ils ont bonne mine

Ils ont bonne mine

 

Plus flashy tu meurs !

Plus flashy tu meurs !

 

 

Et voilà le travail !

Et voilà le travail !

De retour de Malte

De retour de l’île de Malte, difficile de garder pour soi ces images qui en disent beaucoup plus que n’importe lequel des plus longs discours. Ces vues n’ont nullement la prétention de concurrencer les clichés des photographes les plus émérites mais seulement de refléter ce bonheur qui a été le nôtre en découvrant ce petit bout de terre flottant en plein coeur de la Méditérranée. Si ces photos vous donnent envie de prendre l’avion pour un périple de 2 h 30, c’est avec plaisir que nous partagerons notre modeste expérience maltaise. Pour info, à la mi-octobre, la température oscillait entre 25 et 30 °…

Rhubarbe quand tu nous tiens !

Dernièrement nous avons prélevé quelques-uns de ses plus beaux brins à  Raymonde, histoire de se confectionner une tarte de derrière les fagots…  La belle n’en finissant pas de s’épanouir sur les galets, nous avons décidé de tester la recette de Nathalie (à découvir sur : nathly.canalblog.com). C’est certainement beaucoup plus light et tout aussi savoureux…. tout en laissant bonne conscience. Et comme en plus c’est visuellement, très sympa, pourquoi se priver ?

Rhubarbe quand tu nous tiens ! dans Bienvenue en Gourmandie img_28412-300x199

 

 

 

Bienvenue sur notre balcon

Oui bienvenue à vous sur ce balcon avec vue directe sur la mer. Si le but premier de ce blog est de vous faire suivre la construction, l’aménagement, les réalisations de décorations tant intérieures qu’extérieures de notre maison à ossature bois (MOB) c’est aussi celui de faire découvrir la ville du Tréport à ceux qui ne la connaitraient pas encore.
A ceux-là, nous promettons de diffuser régulièrement des vues du Tréport et des environs, de parler de la vie de la cité portuaire avec le secret espoir de les inciter à venir visiter ce qui deviendra peut-être un jour leur nouveau port d’attache comme il va être le nôtre aujourd’hui.
D’ores et déjà nous vous souhaitons une agréable visite virtuelle et pour la catégorie « Maison Rouge », n’hésitez pas à nous faire part de vos impressions, de vos critiques et de vos idées, nous sommes preneurs.
A bientôt
funi.jpg

Une manière insolite de découvrir la ville : le funiculaire traverse la falaise et offre un panorama à couper le souffle

pano.jpg

La ville s’offre à vous

balconmer.jpg

Le Tréport et au loin, l’une de ses villes-soeurs, Mers-les-Bains située dans la Somme (Picardie)

PS: La fièvre blogueuse se propage. Allez donc visitez le site de nos voisins, ce sont eux qui nous ont gentiment refilé le virus :

http://notremaisonautreport.unblog.fr

Artichaut ans Co

Doigts de sorcière

Doigts de sorcière

L'artichaut fait son show (oui je sais, elle est facile...)

L’artichaut fait son show (oui je sais, elle est facile…)

Outre le fait d’être un vrai plat de pauvre car, comme disait Coluche : « t’en as plus dans ton assiette quand tu as fini de manger que quand t’as commencé ! » l’artichaut sait être aussi très décoratif quand on lui en laisse le temps. Planté il y a deux ans auprès du bassin, ce pied a donné trois têtes  cette saison dont deux qui sont en train d’exploser et qui font la joie des bourdons butineurs.

Un peu plus loin, les « Doigts de Sorcière » venus tout droit de Roscoff semble s’acclimater sans problème au climat normand… Cet hiver il conviendra sans doute de les dorloter…

Un nouveau regard

Un petit mot en passant pour faire état d’une trouvaille qui, si elle ne changera pas la face du monde, transfigure radicalement ma belle Anglaise.

Sur le site British Legends, j’ai trouvé ces clignotants fumés qui remplacent avantageusement les indicateurs de direction d’origine dont le coloris agressif ne correspondait pas au doux caractère de ma Triumph. Livrés avec des ampoules de couleur orange, ces cabochons sont du plus bel effet, celui de la discrétion.

 

Tout en discrétion

Tout en discrétion

A nous la p’tite anglaise

Après 5 années de bons et loyaux services, j’ai décidé récemment de me séparer de ma Deauville en succombant aux charmes d’une petite jeunette venue d’outre-Manche qui répond au « doux » nom de Speedmaster. Issue de la célèbre Bonneville dont elle a conservé nombre de traits de caractère, cette Triumph de 2009 n’affichant que 10.000 kms au compteur se classe dans la catégorie custom et non plus dans celle des Café racers dans laquelle évolue sa cousine. La position de conduite est à 100.000 mille lieues de celle imposée par la Deauville. Les jambes bien en avant, la hauteur de selle bien en deçà, c’est dans un salon roulant que l’on emmène ce moteur agréable de 865 cm3 développant 70 cv sur les routes départementales, là où il excelle vraiment. La vitesse n’est pas le but ultime lorsque l’on chevauche ce type de machine. Là, on prend le temps de savourer le paysage et de manger, au passage, les moucherons au vol suicidaire. Eh oui, terminée la bulle protectrice ; c’est le vent dans la visière qui tente de faire diversion face au feulement des échappemements à peine « opérés » pour obtenir un son digne de leur image.

Fontaine je ne boirai pas de ton eau… combien de fois me suis-je dit que jamais oh grand jamais je ne m’installerai au guidon d’un custom ! Triple buse !!! Que n’ai-je essayé plus tôt ce type de conduite. En à peine un mois j’ai totalement oublié ma nippone sur laquelle, je ne sais pourquoi, je me sentais de moins en moins à l’aise. Avec un centre de gravité plus bas, le Speedmaster me rassure et surtout rejoint tout à fait ma philosophie de la moto : apprécier le paysage en partageant la route avec tous ces pratiquants pour peu qu’il y ait un réel respect mutuel.

La belle Anglaise

La belle Anglaise

 

Course contre la montre

Un massif beaucoup trop grand, des séances de désherbage à rallonge puisque nous réduisons au maximum  l’utilisation de produits chimiques, il était temps de prendre la plus sage des décisions : agrandir la pelouse à droite de l’entrée et donner ainsi une nouvelle perspective au terrain tout entier. Pour adoucir le tout, nous avons opté pour une délimitation en forme de vague qui devrait être matérialisée dans un avenir proche par des pavés 12X12 cm de couleur beige. En attendant, les graines sont sous haute surveillance et le jet est prêt à entrer en action si le soleil s’est montré un peu trop « méchant » durant la journée.

Au bout d’une semaine il est rassurant de voir comment se forme un discret voile vert sur cette terre bien damée au rouleau. A présent c’est une course contre la montre qui s’engage : le gazon doit très vite se développer afin que ses racines viennent à bout des mauvaises herbes qui pullulaient jusqu’àlors,  et notamment la prêle dont les rhizomes peuvent très souvent mesurer plus d’un mètre de long.

Epreuve pratique du permis rouleau

Epreuve pratique du « permis rouleau »

Ouf !

Après un mois et demi d’acclimatation pendant laquelle la perte de 6 magnifiques feuilles et un bouton prometteur ont été à déplorer, le nénuphar a enfin donné le meilleur de lui-même. Hier matin, ce n’était qu’une lueur d’espoir qui pointait le bout de pétale et à midi, une magnifique couronne blanche au coeur jaune donnait un autre visage au bassin. Ce n’est pas encore Giverny mais on progresse. Les poissons quant à eux, semblent ravis de leur nouvelle déco !

Ouf ! dans Le bassin photo-01382-225x300

La belle s'est enfin acclimatée

Jardin de Shamrock : explosion de couleurs !

Situé non loin de Dieppe sur le territoire de la commune de Varengeville, le jardin de Shamrock est  un lieu à découvrir pour les jardiniers amateurs, à n’en point douter ; pour les amoureux du calme et de la sérénité, tout aussi certainement. Plus grande collection d’hydrangéas  (plus communément appelés hortensias) au monde, le jardin de Shamrock est l’oeuvre d’une passionnée, Corinne Mallet aidée de son époux et de quelques bénévoles.

Loin des bruits de la circulation et du brouhaha de la ville, cet havre de paix coloré de milles pétales devrait voir le montant de son ticket d’entrée remboursé par la sécurité sociale.  Messieurs Temesta et Valium ont du souci à se faire ! Dépéchez-vous de prendre la route de Shamrock avant que la saison ne soit trop avancée. En attendant, vous pouvez toujours vous documenter en visitant le site  http://www.hortensias-hydrangea.com

Jardin de Shamrock : explosion de couleurs ! dans Evasion shamrock-015-300x225

Tout en finesse

shamrock-014-300x225 dans Evasion

Une avenue verte de toute beauté

 

12345...10

Auteur:

catsylv

septembre 2018
L Ma Me J V S D
« août    
 12
3456789
10111213141516
17181920212223
24252627282930

Visiteurs

Il y a 1 visiteur en ligne

momo43 |
Une maison dans le tarn |
Mont-Banine |
Unblog.fr | Créer un blog | Annuaire | Signaler un abus | Notre construction
| mes p'tits bidules
| willowboisflottes